Les devoirs comment s'y prendre?

 

Thumbnail

 

 

Les devoirs : comment s’y prendre ??

 

Vendredi 29 novembre 8h30 – 9h45

 

Huit parents sont venus échanger avec des membres de la santé scolaire et le directeur de l’école. Ce temps d’échange ayant pour objectif de répondre aux questions des parents face à leurs interrogations face aux devoirs à la maison.

Quelles sont les difficultés rencontrées, les interrogations des personnes présentes ?

  • Faut-il faire les devoirs par petites étapes ou tout faire d’un coup ?

  • Faut-il forcer un enfant à faire ses devoirs ?

  • Comment s’y prendre à la maison quand un enfant ne veut pas faire ses devoirs ?

  • Si les devoirs ne sont pas faits le soir, doit-on les faire le matin avant de venir à l’école ?

  • Comment faire quand on n’est pas sûr de soi avec la langue française ?

Qu’est-ce que les devoirs ? Ne sont-ils pas interdits ?

Dans l’histoire de l’éducation française, il est souvent évoqué des rappels ministériels interdisant les devoirs écrits à la maison, or une circulaire de 1994 a abrogé ces faits lorsqu’un temps d’ « étude dirigée » quotidienne avait été instauré à l’école jusqu’en 2008. Depuis, bien que nous utilisions encore le terme de « devoir », il ne s’agit plus que de « leçons », de travail oral à faire chez soi.

Pourquoi des devoirs ? A quoi ça sert ? 

Thumbnail

Faire des devoirs permet de :

  • revoir les notions vues en classe, répéter pour mémoriser,

  • rétablir un lien école/enfant/famille :

    • montrer l’intérêt pour ce que fait son enfant à l’école

      • « raconte-moi ta journée », « qu’est-ce que tu as fait à l’école ? »

      • apprendre avec son enfant

      • échanger avec son enfant

  • réexpliquer autrement, en individuel, répondre à ses questions, approfondir quand l’enfant n’a pas compris certaines notions

  • donner des habitudes de travail : s’avancer, apprendre à anticiper (se préparer au collège), s’organiser matériellement, rendre l’enfant de plus en plus autonome au CM (mais en assurant un cadre et en gardant un regard sur les tâches faites).

Quand faire les devoirs ? Où s’installer ?

Thumbnail

Il est important de ritualiser ce temps de retour au travail scolaire.

  • Après un temps de jeu extérieur (au parc, au périscolaire, dans sa chambre), après un goûter

    • « Quand … tu as fini ton goûter / on rentre du parc / la minuterie de mon téléphone annonce la fin de tes …. minutes de jeu, tu sors tes affaires pour faire tes devoirs. »

    • Instaurer un rituel évitera de négocier à chaque fois.

Pour faire ses devoirs, un enfant aura besoin de calme et de concentration. S’il en dispose, il peut s’assoir à un bureau, ou à la table du salon. La condition serait que la pièce soit consacrée au travail sans écran (télévision, console, téléphone…) afin de ne pas distraire l’enfant. De même, pour la présence des petits frères et sœurs.

Comment s’y prendre pour faire les devoirs ?  

Il est important que ce temps ne soit pas source de conflit enfant / parent, ni stressant pour l’enfant ou l’adulte.

Il faut planifier sur la semaine, les leçons, les lectures données.

Les parents s’interrogent sur le sens des consignes écrites dans le cahier pour faire les devoirs. Souvent, la méthode est expliquée en classe mais il est vrai que les parents ne savent pas forcément comment faire. « Préparer la dictée  » , « Apprendre la leçon », ces consignes rappellent des souvenirs aux parents mais comment les enseignants s’y prendraient.

Le directeur proposera des fiches ressources pour les parents sur le site de l’école.

Apprendre les leçons à la maison, ce n’est pas refaire la classe à la maison.

Les parents sont là pour soutenir, aider, faire répéter, encourager. 

Si le travail devient trop difficile, on peut y mettre un terme, passer à autre chose, y revenir plus tard.

La situation est impossible l’enfant s’y refuse, est bloqué, pleure ? Les raisons peuvent être multiples : ne pas montrer ses difficultés, ne pas vouloir décevoir …

Il peut arriver que tout soit bloqué et impossible à faire à la maison, dans ce cas les parents informent l’enseignant.e dans le cahier de liaison.

Il ne faut pas mettre l’enfant en difficultés face aux leçons à apprendre, les parents sont là pour valoriser, encourager leur enfant. Ils gèrent avec l’enseignant.e les difficultés rencontrées.

Quels devoirs ? Quels conseils ?

La durée : une vingtaine de minutes quotidienne en CP/CE1, une trentaine de minutes du CE2 au CM2. 

  • Les mots à apprendre

Les enseignants demandent tous de connaître des mots par coeur (en fonction d’un son, dans le cadre d’une dictée, l’apprentissage de mots invariables…). Les élèves n’ont pas tous la même façon de mémoriser : on peu utiliser les méthodes visuelles, auditives, kinesthésiques. Les enfants travaillent ces différentes méthodes en classe, en en fonction de leur préférence, privilégieront plutôt l’une d’entre elles.

Expliquez à votre enfant l’écriture du mot, les sons, les pièges ; guider-le mais ne lui apporter pas de suite la réponse s’il se bloque. Lisez le mot pour l’aider. Encouragez-le.

  • La lecture

En début de CP, demandez à votre enfant de lire les sons qui sont travaillés en classe, puis les mots, lisez ce qu’il n’arrive pas à lire, vous reviendrez dessus plus tard pour vérifier.

  • Les leçons de mathématiques, français, sciences, …….

Apprendre par coeur n’est pas toujours la solution. Une poésie s’apprend par coeur, mais là encore il faut comprendre ce qu’elle raconte (travail fait en classe), les conjugaisons, le calcul mental deviennent du par coeur quand des stratégies sont en place.

Pour d’autres leçons, il faut que l’enfant dépasse le « par coeur ».

- « A la maison, il connaissait sa leçon, il l’a récitée par coeur »…. oui, mais était-elle comprise ?

En classe, l’enseignant.e apporte les explications utiles pour comprendre une leçon, des exercices, des temps de recherche, des exemples sont donnés, faits par les élèves. A ce moment, l’élève doit être attentif, enregistrer.

A la maison, l’enseignant.e attend que l’enfant reprenne la leçon : la lire, la comprendre, être capable de l’expliquer, donner ses propres exemples, connaître les mots importants qui sont soit définis dans la leçons, soit qui ont été expliqués en classe.

Connaître la leçon par coeur est parfois inutile, c’est comme disposer d’une boîte à outils dont on ne connaît pas l’utilité d’une partie du matériel.

  • Apprendre ses leçons se prévoit.

Un.e enseignant.e ne donnera pas une leçon, une poésie à apprendre la veille pour le lendemain. Il faut apprendre à planifier son temps dans la semaine pour relire, reprendre plusieurs fois son travail.

« Je n’ai pas pu apprendre ma leçon », « Je n’ai pas pu faire….. j’avais une activité » sont parfois des réponses que donnent des élèves. C’est très bien que les enfants aient des activités, ils en ont besoin. Néanmoins, si celles-ci sont fixes, comme les devoirs, elles entrent dans un emploi du temps ritualisé à la maison.

Petits trucs de parents et d’enseignants

Utiliser une ardoise effaçable plutôt qu’un cahier pour s’entrainer.

S’entrainer au geste graphique en dessinant la lettre dans de la semoule, puis sur l’ardoise, et enfin le cahier.

Enregistrer des leçons, utiliser le numérique (des ressources sont proposées sur le site de l’école).

Jouer pour apprendre et apprendre en jouant : jeu de l’oie, de la marchande, jeux de plateau. L’enfant comme l’adulte dialoguent, construisent des phrases, s’écoutent, partagent, font ensemble.

Pour un enfant CP/CE1 raconter sa journée de classe c’est déjà structurer le temps et construire un récit, donc un travail non négigeable.

En cas de difficultés.

Que ce soit des difficultés liées à la quantité, aux méthodes, au temps de travail trop long, à des conflits récurrents, à un travail qui paraît trop compliqué, il est important d’en parler avec son enseignant.e, des solutions peuvent être trouvées :

  • possibilité de réduire le nombre de mots

  • réexpliquer une procédure en classe ….

Les enfants sont tous différents, les enseignants responsables des apprentissages, les aménagent pour certains élèves afin de répondre à leurs difficultés. Il faut échanger à ce sujet.

Aide aux devoirs avec la Maison des habitants.

→ quelque soit votre quartier sur Grenoble, la MDH met en place une aide aux devoirs une fois par semaine. Le nombre de places étant limité, il faut s’y présenter en début d’année scolaire.

Aide aux leçons (périscolaire)

→ vous avez la possibilité d’inscrire deux fois par semaine (gratuitement) votre enfant afin qu’il puisse faire ses devoirs encadré par un animateur, une animatrice, une enseignante.

Le café du 29 novembre se finit vers 9h45, il s’est déroulé dans une très bonne ambiance, les parents présents ont pu poser leurs questions. Les réponses apportées se retrouvent dans cette transcription.

Vous êtes toutes et tous invités au second temps de rencontre.

 

Le prochain café des parents au lieu 

jeudi 12 décembre à 17h30

autour de la thématique

« La récréation comment se passe-t-elle ? »

Les informations vous viendront par INFO Menon et le site de l’école.

Publié le 30/11/2019
Modifié le 30/11/2019